Actus

31/12/2015

Bilan 2ème partie : pour aller plus loin

posté à 08h11

Merci à toutes les personnes qui m’ont soutenu via leurs commentaires Facebook hier. C’est sympa !

J’ai eu du mal à dormir cette nuit, ça m’a permis d’aller plus loin aussi dans le « pourquoi ça a cassé » etc…

Le repos pour un sportif : Aucun soucis avec ça, j’ai même été surpris lors du mois d’Octobre et début Novembre de la facilité à « zapper » le sport. Un mois sans sport, je ne vois pas pourquoi ça devrait être dur de faire ça !? C’était cool, on a fait des trucs qui changeaient, on a parfois rien fait aussi, je n’ai pas été « en manque ». J’ai ensuite repris le sport en douceur par rapport à mes habitudes. Voyez vous-même pour la plus grosse semaine ça a donné ça :
- environ 120kms de vélo par semaine
- 25kms de course à pied (course comprise)
- 7kms de natation
Certes les sédentaires diront « c’est beaucoup » mais chiffrez ça pour une personne sportive qui était plutôt à 400km/semaines à vélo, 30/40 à pied et 10/12kms de natation hebdomadaire. Ca ne peut pas être la cause directe de la fracture. J’ai posé la question du surentrainement au médecin Même si je ne l’étais pas ces derniers temps. Il m’a expliqué que la fracture était intervenue sur une force mécanique trop intense survenue sur mon squelette uniquement. C’est donc le squelette qui a souffert, pas mes muscles ni mes tendons (ce qui aurait été signe de surentrainement car fatigue physique je vous l’accorde). Mais la le squelette, comment on se fait un squelette solide !? Ok il a été un peu matraqué depuis quelques années, la blessure en est surement la résultante, comme un bilan des 3 dernières années et ce malgré le fait que j’ai bien freiné dernièrement.
Ensuite pour compléter le tableau, j’ai utilisé une paire de chaussures de Trail jamais portées 5 jours avant la course. Après un premiers footing de 6kms avec j’ai senti une gène à l’endroit ou j’ai actuellement ma fracture. Un point de pression inhabituel sur cette zone a forcément plus sollicité l’os de la cheville qui a tenu jusqu’à être mis en situation de course sur un parcours très irrégulier. A l’échauffement déjà cette zone était raide, peut être déjà fragilisée, mais j’ai mis ça sous le compte de la fraicheur matinale. Pour revenir à ces chaussures, elles ont certainement moins d’amortis que mes chaussures de route car elles ne sont pas fabriquées pour la même utilisation. La descente sur route suite à laquelle ça a fait ***crac*** a certainement fini d’user ma cheville, d’autant plus que j’y ai été un peu fort en voulant y aller à fond, mon collègue de tête ayant pris un verre d’eau au ravitaillement en haut de celle-ci.
Dernière petit constat, j’ai les os peut-être assez fragiles, et ca ne date pas du début de ma pratique de la course à pied, à vélo je me suis cassé :
- 4 fois les clavicules
- un scaphoïde
- un cubitus
- un radius (poignet)
C’est beaucoup par rapport à d’autres pris dans les mêmes chutes que moi et qui s’en sortaient avec de simples égratignures.

Voilà en quoi cette blessures s’explique en partie, comme à chaque fois c’est pleins de petites briques qui, une fois assemblées, nous en apprennent un peu plus sur nous-même.

Je pense avoir fait le tour, je vais essayer d’attendre gentiment et de profiter de la famille même si sans pouvoir marcher avec Tom dans les Bras ou le monter dans sa chambre ça risque de gâcher un peu plus ces moments…vivement 2016, pas le tout début mais un peu après !

 


Autre news:
18/09/2018 : Half Royan, à 4 semaines de la grande messe !
25/07/2018 : Triatbreizh 2018
11/06/2018 : Alpsman, un mythe en devenir !
15/05/2018 : L'Half Ironman Pamplona pour une reprise espagnole!
03/01/2018 : Corrida de Magné…et bonne année !
29/11/2017 : Ironman Cozumel, last step before KONA !
17/10/2017 : On accélère pour la Coulée Verte!
17/08/2017 : Ma longue journée dans les montagnes
12/08/2017 : A nous deux
28/07/2017 : Racontes moi tes vacances


» Consulter les archives

RSS