Actus

15/05/2018

L'Half Ironman Pamplona pour une reprise espagnole!

posté à 16h02

Je renfilais mon habit de triathlète pour la saison 2018 ce 12 Mai à Pampelune. Enfin plutôt à Lerate pour être précis car la natation se passait un peu plus au sud de Pampelune.
Tout ça pour nous permettre de profiter du vent du Nord en pleine face sur une grande partie du parcours vélo!

Le temps n’était pas, lui, à la mode espagnole. Gris, humide, à peine 10 degrés...pas l’idée que je me faisait de ce triathlon quand je m’y suis inscrit en début d’année! Malgré celà il fallait bien se jeter à l’eau! J’ai eu la chance de partir avec les élites, une première pour moi! Quel pied! Je me suis dit que je n’aurais pas à me bagarrer en me calant à droite des élites femmes...penses-tu les claques ne sont pas passées loins de mon visages toute la première ligne droite jusqu’à la première bouée! J’ai retenu la leçon, ne jamais énerver une femme quand elle est pressée! Malgré tout, j’ai réussi à prendre un rythme soutenu mais gérable en maintenant ma position dans un petit groupe donc avec une vague ou des pieds jamais très loins. Malgré que j’ai parfois dû relancer pour boucher quelques petits trous, j’ai trouvé cette natation très sympa, en bonne compagnie et avec un bon petit mal au bras au départ vélo, ce qui valide que j’ai nagé à mon potentiel! Et mon potentiel actuel me fait sortir dans le pack de tête (11ème temps) derrière seulement 3 ou 4 échappés aquatiques parsemés dans l’eau! La nouvelle Orca 3.8 qui m’avait laissé une bonne impression lors de mes entrainements est encore plus validées avec cette natation en compétition!

Dès la sortie de l’eau, le ton est donné, ça ne va pas être plat. Nous devons traverser le camping Aritzaleku qui se dresse devant nous sur une pente très abrupte sur les 520 premiers mètres puis en légère montées ensuite sur les 300/400m suivants. Après une transition ou j’ai été un peu gêné par un autre élite (ce qui ne m’arrivait pas avant car j’arrivais quand eux étaient déjà partis!), je pouvais enfin sauter sur mon Orbea Ordu pour lui offrir sa première balade triathlétique sur Half!

A croire que je lui avait mis la pression en lui glissant à l’oreille que mon BMC était une machine de guerre, dès les premiers coups de pédales, les watts sont bonnes. Les jambes un peu froides ne me permettent pas de faire de folies mais une fois le tout réchauffé ça monte bien dans les tours! Je sais qu’au bout de 20/25kms, on tourne sur la gauche et à partir de ce moment là c’est vent de face jusqu’à Pampelune! Cette première partie se passe bien mais l’espagnole Paredes me titille dans les montées en restant 100m devant sans que je ne puisse rentrer en restant dans ma zone cible. J’attend patiemment de tourner à gauche pour récupérer le petit Paredes dans le pare-choc car s’il aime bien les bosses, je pense que le vent risque de l’arrêter...et pas manqué, à peine 2kms après ce fameux virage gauche, tout en restant sur la même puissance développée depuis le début, j’enrhumme mon ami espagnol en rigolant intérieurement du scénario que je m’étais imaginé et qui se produisait! La route étant encore longue, le vélo se passa ensuite bien en restant concentré et gainé vent de face et le plus souple possible en montée. La puissance me surpris même à être encore assez aisément tenable sur la fin du parcours, presque plus facile qu’au début lorsque mes jambes avaient encore des glaçons dans les muscles. Je ne vais pas cacher que le jambes avaient perdu un peu de leur fraîcheur mais tout était au vert pour partir courir!

D’ailleurs cette seconde transition se passa sur les hauteurs de Pampelune après une belle ascension que nous emprunterons aussi à pied sur les 3 tours de circuits! Je crois un camarade espagnol durant la transition avec qui j’échange un regard et me disant intérieurement que vu la bracasse qu’il tirait à vélo, je vais pas tarder à le reprendre à pied malgré ses grandes jambes!

Il part assez vite sur ces 19kms du parcours accidenté de Pampelune. Je pars vite aussi en essayant de rester en aisance respiratoire et en ayant une foulée légère. Je le reprend dès le 2ème kilomètre, ça c’est fait, je check ma montre, aie aie aie 3’40/km, ON SE CALME. Mais après une petite réflexion interne je me rend compte que sur ces 2 premiers kilomètres, nous avons passé les ¾ du temps à descendre, donc le 3’40/km est tout de même raisonnable pour mon allure de 3’50 visée. La fin du parcours est quant à elle bien accidenté avec la remonté en haut de la citadelle de Pampelune pour passer à côté de la finish line. Je me rapproche ainsi de 3’50/3’55/km, ce qui me semble correct et pas mal avec ce parcours as plat du tout. Dans le 2ème tour une fusée me double, c’est le champion d’espagne Gustavo Rodriguez Iglesias, tenant du titre ici mais que j’ai vu arrêté sur le bord de la route regardant sa roue arrière. Je me dit “Tiens il a réussi à repartir le bougre!” Tant pis pour moi, il est vraiment plus fort et m’enrhume à pied! Je pense qu’il court en 3’30/km, ca va vite même s’il buffe un max! Je pense que je prend quand même un petit coup au moral car je me démobilise 5’ et prend une petite douleur au ventre niveau respiratoire. La remontée vers le centre ville me fait du bien, les jambes sont bonnes et ça régule mon souffle de monter et pousser/tirer dans cette bosse. J’accélère mon rythme dans le dernier tour afin de relancer un peu et ne pas faiblir, ce qui me parait bon car je retrouve un rythme plus conquérant que dans le second tour et termine ce parcours pédestre assez bien en ayant l’impression d’avoir tout mis. Niveau place je n’ai pas trop fais les comptes mais je termine 4ème en ayant posé le vélo 5ème. Je me suis trouvé sur le podium un petit tour jusqu’à la moitié du second tour quand l’espagnol volant m’a enrhumé. Tant pis, la boite n’était pas loin mais la perf est très bonne sur cette coupe d’espagne avec un niveau vraiment relevé et où je termine à environ 3’ de la gagne. Sur 4h d’effort je pense être resté au contact en solo sans jamais voir la bagarre devant moi, tout en faisant ma course ce qui témoigne d’une bonne gestion et d’une bonne condition.

Dans la nuit du samedi au dimanche, je ne sais pas si les espagnols arrosaient ma victoire ou si c’était autre chose mais j’ai eu l’impression de partager la soirée avec beaucoup de fêtards et d’être au milieu de la rue et des chants espagnols...tout en restant dans mon lit...la fenêtre donnant sur une rue passante! :s

Après une petite récup de quelques jours, je vais pouvoir terminer la préparation de l’Alpsman le 9 Juin prochain. Il faudra refaire le plein de courage d’ici là car cette épreuve va être extrême!

 


Autre news:
25/07/2018 : Triatbreizh 2018
11/06/2018 : Alpsman, un mythe en devenir !
03/01/2018 : Corrida de Magné…et bonne année !
29/11/2017 : Ironman Cozumel, last step before KONA !
17/10/2017 : On accélère pour la Coulée Verte!
17/08/2017 : Ma longue journée dans les montagnes
12/08/2017 : A nous deux
28/07/2017 : Racontes moi tes vacances
04/07/2017 : Pour toi mon pote
30/05/2017 : Flat, Fast and French --> c'est du "Fat"!


» Consulter les archives

RSS