Actus

22/09/2020

Frenchman Series Acte 2 : Libourne

posté à 04h09

L’acte 2 des Frenchman Séries se déroulait ce samedi à Libourne. J’avoue que cette série est très sympa. J’y découvre des sites de triathlon magnifiques où je n’avais pas encore caressé l’eau, posé mes roues ou foulés les sentiers.

Libourne donc, Lac des Dagueys plus précisément. Arrivé la veille, j’ai pu voir qu’à vélo ça roulait bien mieux que prévu. Les quelques bosses du parcours passaient avec tellement d’élan sur un revêtement de très bonne qualité, l’idée de remplacer la roue arrière profilée par une roue pleine m’effleura l’esprit puis cette idée grandit, grandit, pour devenir une envie forte de m’amuser sur ce parcours emporté par l’inertie de ma roue pleine. Le vélo étant dans sa configuration “char d’assaut”, on pouvait passer à la course!

La natation dans ce lac dédié à l’aviron me rappelait l’Ironman de Vichy, à nager entre les lignes d’eau. C’est beaucoup plus facile d’aller tout droit sans regarder devant en nageant. Je pars en première ligne, première vague, avec Sam laidlow (favori de la course) et un autre gars qui semblait être là pour faire des vagues et pas pour rigoler. BOOOM ça part, on décolle donc à trois pour lancer ce L du Frenchman. Je vois directement les jambes de mes collègues s’activer genre essoreuse à salade. J’essaye de tenir, ça m’amuse un peu et je ne sais pas s’ils partent fort pour ensuite prendre un rythme plus cool alors j’essaye. Mais même en essayant je n’arrive pas à rester au contact et ce démarrage en mode V12 me vaut la peine de suffoquer. Je n’arrive plus à respirer, la respi 3 temps passe souvent en 2 temps sous peine de devoir m’arrêter là et attendre que l’oxygène refasse son apparition dans mes poumons. Malgré cet épisode j’arrive à reposer une nage en 3 temps, en solo, derrière ça ne rentre pas et je ferais toute la natation ainsi en 3ème position avec le visuel sur le 2ème qui ne s’éloigna pas très vite au final. J'aurais 3’ de retard à la sortie sur Laidlow et seulement 1’ sur le second dans un combat en un contre un contre un, je suis plutôt content de cette natation par mes propres moyens!

La transition se passe très très bien contrairement à casteljaloux, clou du spectacle, je passe même deuxième à la sortie du parc, si ça ce n’est pas de l’efficacité! Par contre aux premiers appuis sur les pédales, ça ne répond pas super bien, le sang semble être resté dans mes bras et j’appuie avec des guiboles en cartons. Le capteur que je viens de récupérer de réparation m’indique que ça monte pas aux 300W voulues. Ce capteur, je vous la fait courte, va me lacher au bout d’une heure trente de course...bien bien pour un outil qui sort juste de réparation. Après 10 kms environ, je sens l’air devenir plus fort, je sens mes fessiers et cuisses appuyer plus solidement sur les pédales...enfin ça commence à aller vite! Ces 3 tours du parcours vélo passent très vite, j’y place mes repères à chaque tour en reconnaissant les sections rapides quand le vent passe arrière,etc... je suis quand même content d’en partir au 3ème passage après avoir reçu 3 petites gouttes sur mon casque, du côté du parcours qui s'assombrissait. Je me dis alors qu’on va courir au frais si ces nuages prennent la direction de libourne à 10 kms d’ici.

Arrivé au parc, je n’ai vu aucun concurrent direct, ni devant, ni derrière et suis relax, tel un Tadej Pogacar qui prend le départ du dernier chrono du tour en étant content d’être second car devant c’est plus fort. Je pars à pied avec 3’ de retard sur la tête, je suis donc 2ème. Rentrer? Je n’y pense pas. Je suis sur mon allure, j’essaye d’être dans un bon rythme et cette fois ça va bien. L’allure se fixe petit à petit, le chrono descend gentiment pour être en 3’42/km sur ce premier tour et surtout je commence à ne plus être concentré sur ma foulée, j’ai un point au loin qui se rapproche à une vitesse incroyable. Tellement vite qu’à la fin de ce premier tour de 5kms, au premier demi-tour, je suis aux basques du premier. Le semi solo qui était prévu se transforme en combat final! Je suis prêt et en position de force car dans la peau du chasseur. J’entend le speaker annoncer que le premier marche maintenant. Le combat semble vraiment déloyale, il vit une explosion de moteur. D’instinct je ralenti pour l’encourager à mon passage à ses côtés. J’ai vu que c’était loin derrière et lui dit qu’il fallait qu’il s’accroche pour rester au moins sur le podium. Malheureusement il jettera l’éponge. La suite est un mélange de check de mon avance grandissante à chaque tour, de régulateur de mon allure pour quand même avancer puis profiter un peu au dernier tour sur ce parcours mentalement compliqué en Aller Retour sur 2,5 kms! Je suis tellement heureux de sortir de cette ligne droite infernale pour aller rejoindre l’arrivée et soulever la banderole du vainqueur! ENFIN. Après beaucoup de participation sur le Frenchman, je peux enfin visiter la première marche du podium. Par le passé j’ai goûté au podium XXL (3 puis 2ème) et Half (2ème puis 3ème). Maintenant que j’ai aussi le 1 sur le Half, il m’en manque une sur la distance XXL, vous voyez ce que je veux dire?!

 


Autre news:
18/09/2020 : Test du RUNN Smart Treadmill
07/09/2020 : Half Frenchman #1 - Casteljaloux
25/11/2019 : Marathon de San Sebastien : PR sous les 2h32’!
25/09/2019 : Balneaman 2019
17/09/2019 : Triathlon S de Niort
10/09/2019 : Triath’long U Côte de Beauté
11/07/2019 : Combine XS+S de Verruyes
18/06/2019 : 70.3 Les Sables d’Olonne
03/06/2019 : Flat, Fast and French (and HOT)
06/05/2019 : Retour de Lacanau sans compléter la collection


» Consulter les archives

RSS